Les Kerns de l’Oubli, tome 1 : L’Exil de Feldrik Rivat

les-kerns-de-l-oubli---tome-1---l-exil


Titre : Les Kerns de l’Oubli, tome 1 : L’Exil

Auteur : Feldrik Rivat

Nombre de pages : 424

Publié le 22 Décembre 2013 chez les éditions de L’Homme Sans Nom ; ISBN : 978-2918541097 ; Prix : 19€90

Couverture de Alexandre Dainche

Lectorat : Adultes

Genre : Fantasy


Résumé de l’éditeur :

Plan d’ensemble. Vue d’oiseau. De la brume se dissipe, lentement, laissant percer la masse sombre d’une île. Elle se dresse, souveraine, dans son trône de pierre.

Almenarc’h.

Un vent violent balaye la scène. Assombrissant le ciel. Troublant les eaux du lac. L’Imprenable, forte d’un règne millénaire, vacille, sous la menace d’un simple silence. Éperon de roche, fière citadelle, toi dont le nom est porté comme une légende aux confins du monde, pourquoi trembles-tu ? Craindrais-tu les ambitions fragiles de quelques mortels ? Cataxak, l’Ètranger ? Ulnhor, le roi déchu ? Roch, le gardien au cœur rongé par la colère ? Non, plus encore que tout autre nom, Almenarc’h craint le dernier de ses fils. Erkan. Guerrier maudit. Honni. Banni. Eh bien tremble, belle endormie. Car la main aveugle qui guide ce malheureux, elle, n’ignore rien du secret de tes entrailles.


Citation : (page 9)

« Mes muscles se crispent sous l’effort. Je manque de souffle. Je tétanise, pendu par une main au-dessus du vide. Sans aucune prise pour continuer l’ascension, je me rabats contre la falaise et trouve en hâte le refuge d’une maigre fissure. Je respire. Un éclair déchire la nuit, me livrant la beauté du spectacle saisissant. L’île se dresse devant moi, révélant toute la majesté de notre cité. Elle flotte, nimbée d’embruns, sous les fracas éternels des chutes d’Almen. En bas, au pied des à-pics, les eaux noires du lac m’attirent par les effets d’un vertige. »


Ma chronique :

Prologue (pour l’introduction)
Siham, La belle aveugle

Il me reste peu de temps avant que ma vie ne s’éteigne. Mes cauchemars, plus présents et plus clairs à chaque nuit, ils me font voyager dans toutes les esprits. Je te conte ici les épreuves que nous traversons, afin que tu accomplisses ce qui doit être fait. Toutes les nuits je suis en toi, rien ne m’échappe. Tu es si loin de moi en étant si proche. Immobile, dans une agonie qui ne me permet pas de dire si tu vas vivre ou mourir. Je suis Matriarche d’Almenarc’h, et pourtant, incapable de soigner tes maux. Je suis ici, présente en ces lieux, à écrire l’Histoire, afin tu comprennes ton destin. Les lignes sur le parchemin s’emplissent. Ainsi va ma vie, mon fardeau.
Feldrik, mon enfant, je te confesse mes sentiments.

Chapitre 1 (pour la plume)
Telleran, Le vieux Sage

Feldrik, mon bon disciple. Je lis ci-là ton manuscrit. Dans tes pages, tu ne vas point m’étourdir avec des appellations indigestes. Tu nous fais partager nos contes avec une plume qui m’enivre. Icelle me chavire tant que mon Shå s’affaiblit. Je puise mes forces dans cette Terre où règne énergie pour reprendre puissance. Ah bonne Terre, par-ci tu me combles de joie. Mon bon Feldrik, ne crois-tu point que les hommes partageront mon enthousiasme  ? Tes lignes délicates ne peuvent déplaire.

Chapitre 2 (pour la dynamique et le rythme)
Erkan, L’exilé

Je ne me souviens pas de mon nom, mais je sais que je dois voyager au rythme des paroles de la dame à la beauté exquise. Sans interruption, je marche, malgré les poisons qui courent en moi. Si un jour j’écris un récit de mes aventures, ma vie commencera lors de mon réveil d’il y a cinq, six jours  ? Peut-être deux semaines ou un mois. Je ne sais plus. Le rythme à suivre m’envahit trop l’esprit pour suivre le temps. Je n’est pas le temps de m’ennuyer. Dynamique, depuis le début. Trouver qui je suis. Savoir qui me suis. Apprendre à y réchapper. Cela ne cessera pas.

Chapitre 3 (pour les dialogues)
Ulnhor, Le roi d’antan

–    Ulnhor. Va trouver Telleran. Vous avez à parler.
Crédié de dié  ! Encore cette belle qui me commande. Ces dialogues dans mon esprit m’ont manqués  ! J’aime cette façon de faire. Bon, je vais rejoindre Telleran vu que c’est important.
–    Mon bon roi vous ci-là  !
–    Bougre de dié  ! Telleran  ! Mais réveille-toi, morteboule  !
Le voilà qui ne sort plus un son  ! Son vocabulaire si bizarre l’empêche-t-il de s’exprimer correctement  ? Crédieu  !

Chapitre 4 (pour l’intrigue)
Roch, Le gardien déchu

Je hurle  ! Je suis mort. Non, je devrais être mort mais je ne le suis pas. Mon fils Erkan a été exilé. Alkar, ce traître de roi qui complote alors que je suis son Grand Gardien. Et toi Cataxak, tu ne perds rien pour attendre  ! Vous avez tous votre histoire, mais c’était la mienne avant. Et toi fils, qu’as-tu fait  ? Qu’est-ce qui ta pris de mettre ton frère en péril  ? Feldrik  ! De quel droit tu nous as tous manipulé de ta plume  ? C’était mon histoire, puis celle de ton frère Erkan, et tu nous as laissé de côté pour parler de ces fourbes  ? Quand bien même, je suis toutes les intrigues mais je préfère les nôtres…

Chapitre 5 (pour les personnages)
Alkar, Le roi d’Almenarc’h

–    Sire, nous devons parler, ci-là  !
–    Telleran, faites attention  ! Votre statut ne vous dispense pas des formules d’usages…
–    Roi Seigneur des Hommes, je dois vous quérir d’une information de la plus haute importance.
Ce débris prend mon esprit de force. Son shå est insoutenable. Déjà que ce dangereux de Cataxak se permet de m’occuper la tête, il m’en fallait pas un de plus  ! Je dois rester disponible pour le Très-Haut  ! Que Cataxak s’occupe de ses prêtres noirs et de sa mission de tuer Erkan. Ce jeune disciple que j’ai exilé. Que son père me prend la tête  ! Roch, fier d’être grand et fort… Bientôt vous ne serez plus, croyez-moi…
–    Telleran, ce que vous avez à me dire attendra. Je vous ordonne de venir avec Milena.
–    Roi Seigneur des Hommes, j’arrive de ce pas.
Bien, voilà de l’obéissance comme je l’apprécie. Milena… ma chère femme et reine, où étiez-vous la nuit passé  ? J’ai vent de vos escapades nocturnes, mais maintenant, vous ne pourrez plus, c’est fini. Siham deviendra heureuse de ne plus le partager  ; la mort arrange toujours tout.

Chapitre 6 (pour l’univers)
Cataxak, Le fourbe conseiller

Ce silence  ! Je m’emplis du vide que je ressens. Ce passage dans l’autre monde me permet de recentrer mon énergie. Ce n’est pas sur cette Terre rempli de mers, de montagnes et du désert que je vais me ressourcer. Non… il me faut quelque chose de plus profond, de ténébreux…

Chapitre 7 (pour l’ambiance)
Milena, La reine d’Almenarc’h

–    Alkar, immonde rognure  ! Vous faites de cette ville un lieu où règne la peur et le dégoût. Même dans les profondeurs du désert l’angoisse est moins certaine. Allez visiter ces hommes qui vivent de l’autre côté de Barkan, vous verrez ce qu’est la cohésion et le calme d’une ville. Je ne peux comprendre comment un homme tel que vous arrive à me faire sentir mal. Et pourtant, j’aime encore. Je prend le courage de tous et vous dis mes pensées, fussent les dernières.

Épilogue (pour la conclusion)
Siham, La belle aveugle

Feldrik, Marens m’a lu ton manuscrit et j’avoue avoir été comblée. Je noterais sur les dernières lignes de notre histoire ce sentiment si profond que tu m’a fait ressentir. Erkan en sera heureux, j’en suis certaine.
Feldrik, je suis fière de toi  !


Qualificatifs : Enrichissant, intense, merveilleux, COUP DE CŒUR

Publicités

2 réflexions sur “Les Kerns de l’Oubli, tome 1 : L’Exil de Feldrik Rivat

  1. Feldrik : pygmalion, idole, mentor et muse : l’homme aux multiples talents. ❤
    Très belle chronique, à l'image de l'oeuvre du maître 😉
    C'est vrai qu'ils sont inspirants, ces Kerns !

    • Idole ! Un très grand écrivain ! Je crois que je vis un peu, beaucoup pour les Kerns en fait ^^.
      Merci beaucoup pour ton commentaire, ça fait vraiment plaisir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s