In the after, tome 2 : In the end de Demitria Lunetta

in-the-after,-tome-2---in-the-endTitre : In the after, tome 2 : In the end

Auteur : Demitria Lunetta

Langue : Français

Format : Grand format (Paperback) – 22,5 x 3,4 x 14 cm

Première publication le 2 Avril 2015 chez les éditions « Lumen »

ISBN  : 978-2-3710-2039-9 ; Prix : 15€ ; Nombre de pages : 416

Couverture de Sammy Yuen

Lectorat : Jeunesse/Jeunes adultes

Genre : Post apocalypse

Second livre d’un diptyque

Page Facebook de l’éditeur ICI – Lien vers ma chronique du premier tome ICI


Citation :

« Dans l’ombre de la rue, je me dirige vers l’endroit qui est devenu mon foyer. Je me dépêche de rentrer avant la tombée de la nuit. Depuis que Kay m’a confié cet émetteur sonique qui me protège des Floraes, le jour ne me terrifie plus. C’est la nuit qui m’inquiète à présent, lorsqu’il m’arrive d’entendre des voix toutes proches, ou un coup de feu au loin. Il reste encore des êtres humains par ici. Pas beaucoup, mais tout de même quelques-uns. Qu’ils vivent encore dans l’Après signifie qu’ils sont soit assez intelligents pour avoir compris le fonctionnement des Floraes, soit assez malveillants pour avoir survécu. Je n’ai aucune envie de découvrir qu’elle option est la bonne. » – Chapitre 2, page 15.

Pourquoi avoir choisi cette citation ? Parce que ce temps où Amy était seule me manque.


Résumé de l’éditeur :

Voilà trois mois qu’Amy a fui New Hope pour échapper au diabolique docteur Reynolds. Grâce à l’équipement de Gardienne que lui a fourni Kay et à l’émetteur sonique qui éloigne les créatures, elle survit tant bien que mal dans les étendues désertiques du Texas. Jusqu’au jour où une voix lui parvient à travers l’oreillette qui la relie encore à ses anciens camarades : Baby, restée à New Hope, est en danger.

Amy n’a pas le choix. Si elle veut sauver sa sœur d’adoption, il va lui falloir se rendre à Fort Black, là où d’autres survivants se sont rassemblés et vivent selon la loi du plus fort. Dans cette véritable jungle, la jeune fille va tout faire pour retrouver Ken, le frère de Kay, seul capable de l’aider à secourir Baby. Assistée de Jacks, le neveu du dirigeant de Fort Black, la jeune fille finit par en apprendre un peu plus sur l’invasion des Floraes… Une vérité qui s’avère plus cauchemardesque encore qu’elle ne le croyait !

Après IN THE AFTER, Demitria Lunetta nous entraîne dans une course infernale contre la montre. Avec IN THE END, elle clôt d’une main de maître un diptyque au rythme haletant.


Petit mot avant-garde :

Les éditions Lumen m’ont fait confiance en m’offrant ce livre en service de presse, j’espère leur rendre la pareille avec cette chronique. Encore merci à eux, pour tout !

S jamais vous n’avez pas lu le premier tome, sachez qu’il risque d’y avoir des spoilers le concernant.


Ma chronique :

Vous êtes d’accord avec moi hein, la couverture est très belle ? Vous préférez celle du tome un ou celle du second ? J’ai une préférence pour la première. Elles correspondent très bien toutes les deux à l’histoire et sont simples, et je les trouve percutantes. Mais arrêtons (encore une fois) de blablater.

In the end est la suite directe – à trois mois près – de In the after. Dans ce tome vous savez déjà pratiquement tout ce qu’il y a à savoir sur ces créatures hideuses que sont les Floraes, donc pas de révélations mystérieuses en ce qui les concernent. Dans ce tome, les temps sont pus dur qu’au départ. Il faut savoir parler, savoir penser, savoir manigancer et aussi savoir viser. Mais surtout, il faut savoir se défendre parce que Fort Black n’est pas très recommandable. Donc les sentiments que le lecteur reçoit ne sont plus tout à fait les mêmes que ceux du tome un. Ici, vous aurez toujours peur en accompagnant Amy, qui a de plus en plus tendance à se fourrer dans des situations incongrues. Cette peur sera basé sur Baby, et uniquement sur elle. Du début à la fin, vous ne voudrez que la sauver. Mais purée, à chaque fois il se passe quelque chose, j’essaie même de trouver un moment où un plan à fonctionné de A à Z, mais je ne crois pas que se soit arrivé. Hormis la peur de ne pas parvenir à vivre pour arriver à sauver Baby, la peur de perdre un être cher quel qu’il soit sera très présente et vous aurez peur du lieu qu’est Fort Black – disons plutôt de certains de ses habitants. L’histoire est très bien menée. Contrairement au premier tome, l’auteur a su m’étonner, et ce plusieurs fois. Elle a fait en sorte que le lecteur se croit dans la facilité pour prendre d’autres chemins plus tortueux. Bon certes, ce n’est pas très original mais quand c’est bien écrit, c’est sympa à lire. Je n’ai pas trop envie d’en dire plus sur cette partie de la chronique vu que j’ai très peur de faire de gros spoilers, donc je vais m’arrêter là.

Rappelez-vous de ce que j’avais dit sur le style de l’auteur dans ma chronique du tome un. Une plume efficace mais qui a ses faiblesses – on ressentait bien que c’était son tout premier roman. Et bien ici, on ne sent pas que ce livre n’est que son second. Tous ces petits détails, ses tremblements ont disparu. Son style est devenu moins personnel à mon goût, je soupçonne même l’éditeur américain d’être passé par là. J’aurais préféré une plume beaucoup plus fragile, plus propre à l’auteur que quelque chose de trop travaillé. Mais encore une fois ça ne m’a pas empêché d’apprécier la fiction. Sinon, les dialogues sont beaucoup plus présents ici, ce qui a donné un rythme plus tranquille à certains instants. La dynamique est restée la même. Nous avons donc une histoire poussée, rapide mais avec des temps morts qui amènent une fraîcheur nouvelle au récit. Ça nous permet de reprendre notre souffle par moment, surtout quand on doit s’échapper avec Amy ! Après je n’ai pas remarqué de changements sur le vocabulaire qui reste égal, les répétitions toujours inexistantes et la narration à la première personne toujours aussi bien maîtrisée.

Un dernier paragraphe pour parler de la série qui est donc terminée. L’éditeur compare l’histoire à Walking Dead et La 5ème Vague. N’ayant pas lu le dernier livre cité, je ne peux pas me prononcer dessus. Mais pour ce qui est de Walking Dead, il est clair que l’auteur s’en ai inspiré ! Ça se ressent dans les événements, dans les lieux et dans les personnalités des personnages. À mon goût, il y a une trop grande inspiration, mais bon, cette histoire à quand même fait son effet sur moi. Pour donner mon avis sur la série compète, j’ai bien aimé. Je ne trouve pas que ce soit une série super géniale que tout le monde doit absolument lire, mais elle vaut vraiment le coup et à son intérêt. Lisez-là, passez du bon temps, détendez-vous. Mais faites attention à ne pas rêver de monstres verts, là, je suis désolée pour vous, mais il sera trop tard ^^.


Des qualificatifs ? Plaisant à lire, rapide, intriguant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s