Sorcerêve de Julien d’Hem

SorcerêveTitre : Sorcerêve

Auteur : Julien d’Hem

Langue : Français

Format : E-Book – e-pub

Première publication en 2014 chez les éditions « Mythologica » – Collection : Mythologica Revue ; Publiée le 2 Mars 2015 pour la présente édition – Collection : Alternative

ISBN  : 979-10-930-0454-9 ; Prix : 0€99 ; Nombre de pages : 16

Couverture de Mathieu Coudray

Lectorat : Jeunesse – Jeunes Adultes – Adultes

Genre : Fantasy

Tome unique

Site et présentation du livre par l’éditeur ICI


Citation :

« C’est la nuit. Quelque lanternes éclairent une rue fréquentée de la capitale. Une brume s’étire en une poix épaisse depuis le fleuve, étouffe les sons, avale les gens. La lune darde un œil évanescent sur ce monde spectral. Sur mon kimono de soie turquoise, tout un bestiaire – héron, phénix flamboyant, louve d’argent et nœud de serpents – s’anime pour se donner une chasse incessante. » – Page 7.

Pourquoi avoir choisi cette citation ? Parce que c’est bien écrit, et beau à lire.


Résumé de l’éditeur :

Comment vaincre un ennemi capable de s’infiltrer jusque dans vos rêves ?


Petit mot avant-garde :

Je tiens énormément à remercier les éditions Mythologica qui sont venues me proposer de chroniquer leurs livres. C’est la première fois qu’une maison d’édition vient me voir d’elle-même, et ça m’a beaucoup touché. Merci !

Je ne pense pas faire une chronique très longue pour cette courte nouvelle, mais je vais essayer de vous en dire un maximum sans vous perdre.


Ma chronique :

J’ai choisi de lire cette nouvelle d’abord parce que l’attachée presse me l’a proposé dans une liste, et ensuite pour la couverture. Je la trouve faite avec goût et travaillée juste comme il faut. Du pur plaisir pour les yeux.

Dès le début de ma lecture, j’ai apprécié la plume de l’auteur que j’ai trouvé très souple et lisse. Les mots me faisaient voir les scènes, c’était agréable. En général, dans les nouvelles, le rythme et la dynamique sont rapides, dû au nombre de pages assez réduit. Mais ici, je n’utiliserais pas le mot rapide pour définir le récit. Je dirais que la dynamique est uniforme. Pour le rythme, c’est un crescendo qui est présent. On se doute de ce qui va se passer, quasiment dès le début, l’auteur ne cachant pas du tout son intention quant au personnage principal. Du coup, l’histoire commence doucement, avec des dialogues précis, des explications, des retours en arrière, et explose vite à la fin quand LE rêve arrive. C’est bien tourné. J’ai aussi beaucoup aimé la subtilité rencontrée dans la façon qu’à l’écrivain de parler des louves. J’avais du mal à savoir si c’étaient des louves qui s’exprimaient ou si c’étaient des femmes dont le surnom était « louves ». Sinon après, il y a peu de dialogues, mais juste ce qu’il faut pour révéler des choses importantes. Donc l’écriture fait passer un bon moment.

Pour l’histoire, l’intrigue n’est pas du tout originale. Ne lisez pas cette nouvelle pour ça. Mais lisez-là pour un moment détente. Elle est bien préparée et simple. C’est une histoire de vengeance classique mais c’est très sympa à lire. Dans le fond, j’ai eu une impression de déjà vu avec Katana de Jean-Luc Bizien. Le personnage principal est tellement triste et à tellement de colère en lui que vous vivez cette aventure avec lui. Bon après, il y a le Daimyô, mais bon, comme tous les grands méchants, il dégage un tel charisme que vous êtes conquis dès le début. Ce que j’ai vraiment aimé ici, ce sont les descriptions. Elles sont simples, travaillées, et ne m’ont pas embêtés dans ma lecture. J’ai même apprécié les lire et m’imaginer les lieux, les vêtements, les armes, … L’univers du livre est classique. C’est de la Fantasy, on se trouve dans un autre monde, mais certains points m’ont rappelés la Terre il y a de cela plusieurs siècles. Je fini avec l’ambiance qui est poussée vers la peur et l’amour. C’est assez réussie, même si j’aurais apprécié être un peu plus angoissée ou abasourdie lors de la révélation finale. Par contre, la fin fin de l’histoire vaut vraiment le coup ! Autant la révélation est coutumière, autant le final m’a énormément plu et m’a étonnée !

Il y a par contre un point que je regrette amèrement dans cette nouvelle. C’est que pour moi, ce n’est pas une nouvelle, mais un plan d’un grand roman. Oui, je pense que cette histoire mériterait d’être approfondie. Tous les éléments sont là pour en faire un super roman et ça pourrait devenir très original avec quelques points en plus. Alors si l’auteur lit cette chronique, je lui conseille vivement de foncer ^^.

J’apprécie de plus en plus de lire des nouvelles. Je trouve que ça permet de se détendre entre deux lectures « pavées ». Il y a aussi la satisfaction de découvrir ou redécouvrir auteur sous une histoire plus courte. Un grand défit pour certain. Pour ce cher monsieur Julien d’Hem, c’est une belle découverte pour moi. Je ne le connaissais même pas de nom, et je suis vraiment très contente de l’avoir lu. Je pense qu’une fois après avoir lu le roman que m’ont envoyé les éditions Mythologica, et après une ou deux nouvelles de plus, je pourrais bien pencher pour une autre histoire de ce monsieur. Par exemple avec Sohl.


Des qualificatifs ? Agréable, détente, prenant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s