Let the Sky Fall, tome 1 : Let the Sky Fall de Shannon Messenger

let-the-sky-fall,-tome-1---let-the-sky-fallTitre : Let the Sky Fall, tome 1 : Let the Sky Fall

Auteur :  Shannon Messenger

Langue : Français

Format : Papier – Grand format – 22,5 x 4,1 x 14,1 cm

Première publication Française le 4 Juin 2015 chez les éditions « Lumen »

ISBN  : 978-2-37102-041-2 ; Prix : 15€ ; Nombre de pages : 501

Couverture et illustrations de Mélanie Delon

Lectorat : Adolescents – Jeunes Adultes – Adultes

Genre : Fantastique-Romance

Tome premier d’une trilogie dont le dernier tome est en cours d’écriture

Page Facebook de l’éditeur ICI


Citation :

« Je frissonne à la perspective de vivre de cette manière. Toujours encerclée par des hordes de citadins. Qui respirent mon air, me volent mon vent. Rien qu’à cette idée, ma peau aspire à sentir sur elle une brise fraîche.» – Page 157, chapitre 14, basé sur Audra.

Pourquoi avoir choisi cette citation ? Je ne sais pas trop, j’ai bien, c’est tout ^^.


Résumé de l’éditeur :

« Personne ne s’explique que Vane Weston ait pu survivre, enfant, à l’ouragan qui a tué ses parents. À son réveil, étendu parmi les débris laissés par le passage de la tempête, il n’avait pas le moindre souvenir de son passé – à l’exception du beau visage d’une fillette ballotée par les vents. Malgré les années qui passent, elle rend de temps en temps visite en rêve au jeune homme, qui s’accroche à l’espoir qu’elle ne soit pas qu’un fantôme.

Il ne croit pas si bien dire. L’inconnue, Audra, est un être de chair et de sang, mais elle n’a rien d’humain. C’est une sylphe, une créature liée au vent, qu’elle sait manipuler pour voler dans les airs, transmettre des messages ou livrer bataille. Sa mission ? Le protéger. Malheureusement, l’histoire se répète : une maladresse et Audra révèle à leur pire ennemi l’existence de Vane. Celle qui vient peut-être de causer sa mort est aussi son seul espoir de survie : le jeune homme n’a que quelques jours pour comprendre qui il est vraiment ou c’est la mort qui l’attend.

Les nuages s’amassent à l’horizon, et un vent mauvais balaie les sables du désert… Survivront-ils à l’orage qui se lève à l’horizon ? Retrouvez la patte unique de Shannon Messenger, de dialogues malicieux en scènes d’affrontements homériques, pour une histoire fantastique où brille une fois encore son immense inventivité. »


Petit mot avant-garde :

Quand j’ai vu ce nouveau titre qu’allaient publier les éditions Lumen, j’ai vite eu envie de le découvrir. Pas pour la couverture (qui est très sympa), pas pour le résumé (que je n’avais pas lu), mais pour le titre Let the Sky Fall. Du coup, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Tout ce que je savais, c’est que l’auteur, qui a aussi écrit Gardiens des cités perdues, avait un style qui plaisait à beaucoup de lecteurs. J’ai donc envoyé un mail à la maison d’édition afin de me proposer pour le recevoir en service de presse. Et Emily, l’attachée-presse a vite accepté ma demande et me l’a envoyé. Donc merci encore à tous pour cette chance !


Ma chronique :

Une brise, ce brin de fraîcheur qui vous fait sentir vivant quand il fait 45°, cet instant qu’on attend tous quand l’été nous torture, ce moment instantané qui nous fait fermer les yeux et profiter… Je ne sais pas vous, mais moi, j’aime les brises ! Même quand elles sont aussi chaudes que la température ambiante, au moins, il y a un brin d’air. Et bien Vane et Audra ressente la même chose que moi. Let the Sky Fall c’est un brin de fraîcheur. Let the Sky Fall c’est de la détente. Let the Sky Fall c’est une lecture qui vous fait passer du bon temps. C’est ce que j’ai ressenti en dévorant ce livre en seulement trois jours. Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu autant en si peu de temps et franchement, ça fait du bien ! C’est le genre de roman simple, sans prises de tête qui vous fait juste du bien.  Mais venons en au concret. Let the Sky Fall est un récit qui porte sur les Sylphes, créatures mythologiques qui peuvent manipuler le vent. Ce thème n’étant pas récurant dans la littérature, il aurait tendance à tendre vers l’originalité. J’avoue, je ne suis pas très fan de ces êtres. Peut-être est-ce dû au fait que je ne les connais pas bien, et du coup, j’ai du mal à me les représenter. Au début du roman, j’ai eu peur de ne pas pouvoir accrocher au livre, mais j’ai décidé de faire abstraction de mes idées pré-construites et de me laisser porter par ma lecture. Puis c’est devenu une lecture très plaisante. Je comprends parfaitement que la plume de Shannon Messenger soit appréciée par beaucoup de monde. Dans ce roman, son écriture est très très jeunesse, ce qui parfois ne correspond pas au ton donné par l’histoire qui serait plus jeune adulte, mais dans un roman plus jeunesse, ce doit être vraiment très agréable à lire. Ici , j’ai senti quelques fragilités, dû je pense à un premier essai d’écriture du genre. Il y a du bon et je pense sincèrement que ces tendances à hésiter vont disparaître dans les tomes suivants, lorsque l’auteur aura pris de l’assurance dans ce qu’elle écrit. Mais il y a sûrement une autre explication au fait que la plume soit fragile. À la fin du roman, il y a toujours un mot de l’auteur. Ici, elle précise : « (…), je n’aurais jamais imaginé, d’ailleurs, laisser qui que ce soit d’autre le lire. Ce projet était un secret, complètement personnel, entreprit simplement histoire de m’amuser. » Je vais peut-être un peu loin dans mon raisonnement, mais je pense que vu que ce roman était juste pour elle, il n’a pas été pensé de la même manière qu’une œuvre en vue d’une publication. Et malgré toutes les retouches qui y ont été portées, trop ou pas assez, cette fragilité y est née. Qu’est-ce qui ne nous dit pas que le roman n’était pas parfait sans les retouches ? Enfin bref, comme je vous le dis, si ça se trouve, je cherche trop d’explications alors qu’il n’y en a peut-être pas (même si je ne comprends pas le fait qu’elle ai fait publier cette histoire alors qu’elle était que pour elle) ^^. Du coup, j’attends beaucoup des prochains tomes, je suis sûre que la plume sera plus souple. Il y a autre chose que j’ai regretté dans le livre, c’est que l’auteur n’ai pas du tout travaillé la langue des Sylphes. J’aurais aimé lire des langues étrangères ou inventées, mais au lieu de cela, j’ai juste lu des « il prononça ces mots : obéis-moi et suis ma voix », « il fallu une seconde pour que mon cerveau traduise ces mots en boréal », … Au final, toutes les combinaisons de phrases, tous les mots sont juste écrits en français (en anglais dans la version originale) et aucun n’est travaillé de façon à ce que ça paraisse réel. Quel dommage et pourquoi l’auteur a-t-elle fait ce choix de ne pas traduire les langues ? Je ne donnerai pas mon avis sur la question pour une fois ^^.

L’histoire du roman est classique mais très agréable à lire. Comme dit plus haut, il ne m’a fallu que trois jours pour le dévorer, presque autant qu’il n’en faut pour que l’histoire se déroule. Dans ce livre, tout se passe très très vite : les personnages font très vite connaissances, les éveils se font à la suite, les entraînements sont condensés, les méchants arrivent vite, … Tout cela en seulement une semaine. Le rythme est très rapide, ce qui permet de ne pas s’ennuyer du tout et c’est vraiment bien construit. Et qu’est-ce que c’est bien de lire sans lâcher la lecture ne serait-ce que cinq minutes ! On suit les personnages dans leur course folle contre la montre, on veut qu’ils y arrivent, on stresse pour eux. Et puis on rit bien aussi ! L’humour bien senti du jeune Vane est très sympa à suivre. Bon j’avoue que parfois c’est un peu lourd, mais il paraît plus humain comme ça. Par contre, Audra est plus sur les nerfs qu’autre chose, on a envie de lui dire « Mais vas-y, crache le morceau, il est temps ! » ou « Mais fous lui la paix ! ». Cependant, les caractères des deux personnages sont très très très trop ressemblants. S’il n’y avait pas à chaque début de chapitre « Vane » ou « Audra », je n’aurai sûrement pas fait la différence entre les deux. Toute l’histoire est écrite à la première personne, ce qui n’arrange pas tellement les choses. À présent, je vais me mettre pas mal de lecteurs à dos, mais pour moi, ce livre ne devrait pas être classé en Fantastique. Pour moi, ce roman est une Romance pure et dure ! Certes, les héros sont des Sylphes, mais pour finir ce qui en ressort est qu’ils sont attirés l’un vers l’autre, qu’on sent qu’ils s’aiment depuis longtemps, qu’ils essaient de l’éviter (ou pas), qu’ils sont attiré l’un vers l’autre, qu’il va se passer quelque chose entre eux (ou  pas) et ainsi de suite. Ce livre est une romance. Ce qui se passe autour est passé au second niveau, je n’ai pas réussi à me dire que c’était l’histoire principale. Bref, une romance pour adolescents et jeunes adultes qui est très agréable à lire ^^. Le dernier point que j’ai apprécié dans l’histoire et qui mérite vraiment d’être cité dans ma chronique, c’est qu’il n’y a pas de grandes révélations. Audra explique tout au fur et à mesure, et ce qu’elle ne dit pas est vite deviné par le lecteur. Du coup, c’est très plaisant, sans prise de tête et pour une fois, ça change des autres romans !

Voilà pour mon avis, une histoire romancée, qui permet de s’immerger vite dedans, très agréable à lire et dont les prochains tomes seront encore mieux ! Du plaisir sans complications.


Des qualificatifs ? Frais, bien construit et plaisant

Publicités

2 réflexions sur “Let the Sky Fall, tome 1 : Let the Sky Fall de Shannon Messenger

  1. J’ai pas mal entendu parler de celui-là mais quand tu dis que l’écriture est très très jeunesse ça me fait un peu peur… ire de la littérature jeunesse ne me gène pas du tout tant que l’écriture est correcte au moins. Je pense que je le testerais pour voir, si il se lit si vite que ça 😉
    merci pour ta super chronique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s