Final Fantasy Type-0 : The Last Truth de Tsukishima Souki

final fantasy type-0Titre : Final Fantasy Type-0 : The Last Truth

Auteur :  Tsukishima Souki

Langue : Français – Langue originale : Japonais – Traducteurs : Cécile Sénaux, Jean-Batiste Flamin et Hana Kanehisa

Format : Papier – Broché – Format 13,5 cm x 21 cm

Publié le 4 Juin 2015 chez « Lumen éditions » – Première édition

ISBN  : 978-23-71020-38-2 ; Prix : 15€ ; Nombre de pages : 570

Couverture de Watanabe Hirokazu (2725 Inc.)

Lectorat :  Adolescents/Jeunes adultes

Genre : Roman – Fantasy

Tome unique – Préquelle du jeu vidéo Final Fantasy Type 0

Page Facebook de l’éditeur ICI


Citation :

« – Ça y est ? On l’a eu ? balbutia Machina. (…)

– Je vous ai pris de haut, et pour cette fois, vous m’avez remis à ma place. Mais nous nous rencontrerons à nouveau, et vous ne vous en tirerez pas à aussi bon compte, je peux vous l’assurer !

Sur cette promesse, Qator et Gabriel disparurent dans le ciel, abandonnant les trois aspirants au centre de la place, le visage levé vers le firmament. » – Page 124.


Résumé de l’éditeur :

« Au cœur du royaume de Rubrum, protégé par le cristal de l’Oiseau Vermillon, un bataillon d’élèves particulièrement doués pour la magie suit le précieux enseignement d’Akademeia. Ces aspirants représentent l’élite de la nation, et sont destinés aux plus hauts postes politiques et militaires. Malgré les escarmouches régulières qui se produisent aux frontières avec l’empire Milites, ils étudient en toute sérénité, confiants dans leurs pouvoirs. Jusqu’au jour où tout bascule… Milites déclare la guerre à Rubrum et se lance à l’assaut des terres du royaume. Grâce à son cristal du Tigre Blanc, l’empire est parvenu à mettre au point une machine qui annihile la magie de Rubrum. Seul le peristylium, la capitale, résiste encore à l’envahisseur. Afin de reconquérir son territoire, le Conseil est contraint de faire appel aux meilleurs de ses aspirants : les élèves de la classe zéro. Dans FINAL FANTASY Type-0 – The Last Truth, suivez le combat épique de quatorze étudiants en magie prêts à tous les sacrifices pour sauver leur patrie et découvrez la préquelle émouvante du dernier opus du RPG-phare de Square Enix. »


Petit mot avant-garde :

je voudrais remercier les éditions Lumen et Émily de m’avoir permis de découvrir ce roman et de redécouvrir cette saga qu’est Final Fantasy. J’ai comme beaucoup commencé certains jeux vidéos, mais n’ai jamais fini aucun d’eux. Du coup, retrouver cet univers dans un livre m’a un peu fait rêver. J’ai vraiment apprécié lire ce livre.


Ma chronique :

Quand j’ai commencé ce roman, je venais tout juste de finir un ovni littéraire très très adulte. J’avais besoin de me plonger dans un livre jeunesse, mais le transfert n’a pas été si facile que ça. J’ai au début eu du mal à rentrer dans l’histoire vu que le style de l’auteur est vraiment très simple. Mais une fois la période de transition entre les deux livres passée, je me suis assez vite plongée dans l’univers de Final Fantasy Type-0.  Et ceux, grâce au fait que le roman est vraiment tiré du jeu vidéo (et non pas l’inverse) et ça donne un côté charmant au bouquin. Par exemple, qui dit « jeux vidéos » dit « combats » ; qui dit « combats » dit « duels » ; et qui dit « duels » dit « Vous m’avez vaincu aujourd’hui, mais je reviendrai une prochaine fois, je serai encore plus fort et je vous vaincrai ! ». Et oui, ceux qui jouent à ces jeux particuliers savent très bien que les méchants ne meurent jamais au début ou pendant le jeu. Au contraire, ils battent en retraite à chaque fois, vu qu’à chaque fois vous les gagnez, et à chaque fois reviennent plus fort, jusqu’à devenir des boss du jeu. Quand j’ai lu dans ce livre pour la première fois un duel de ce genre et que j’ai vu que ça suivait vraiment la trame des jeux vidéos, j’ai souri, même ri. De même quand j’ai retrouvé le même perso, plus fort, plus loin dans l’histoire, que les héros l’ont de nouveau battu et que comme par miracle, il s’en va disant que la prochaine fois, ce sera lui le vainqueur ! Vu que ça arrive quasiment à chaque combat, j’avais peur de me désintéresser de cette façon de manipuler l’histoire. Mais je savais que les Final Fantasy étaient tous comme ça, du coup je me suis dit que si l’auteur n’avait pas insisté autant sur ces faits, ça aurait dénaturé la saga. Donc, je m’y suis vite fait, limite impatiente de voir comment les héros s’en sortiraient les prochaines fois.

L’histoire de Final Fantasy Type-0 est principalement basée sur la guerre. Le territoire de l’Empire Milites veut envahir les trois autres pays. Ici, on suit quinze personnages du Royaume de Rubrum, qui vont tout faire pour sauver leur pays. Oui, c’est une intrigue complètement basique, mais même si c’est simple, ça marche, c’est vraiment efficace ! Surtout que les personnages sont tous touchants. Il n’y en a pas un que je n’ai pas apprécié. J’ai eu par contre un gros coup de cœur pour Izana, Nine et Sice et le commandant Kurasame. Beaucoup des héros ont un caractère bien trempé, d’autres sont vraiment discrets, et il règne parmi eux une véritable harmonie qui nous donnerait envie de faire partie de leur classe malgré le fait qu’ils soient toujours en première ligne lors des batailles. Ce que j’ai aussi aimé, c’est qu’aucun n’est un anti-héros, et ça c’est vraiment agréable et ça change des histoires de Fantasy que l’on connaît. Les batailles sont plutôt bien décrire, bien que très simple. Mais je n’en attends pas plus d’un récit au lectorat adolescent. Il y a dans ce livre un nombre inimaginable de mort, plus que vous ne pouvez vous l’imaginer, encore plus que ça (non, vous n’y êtes pas encore, plus !), donc le fait de parler succinctement des batailles et des duels, d’omettre exprès certains détails concernant les héros, je trouve ça très bien pensé. C’est là que j’ai senti que finalement, l’auteur maîtrisait bien sa plume, plus que je ne le pensais au départ. Le récit est fluide, le style est agréable à lire et le tout s’accorde avec l’histoire, le lectorat visé et l’ambiance posée. Je dirais par contre que assez souvent, il manque des détails sur les décors ou sur les personnages. Un petit peu plus de description n’aurait pas fait de mal, surtout que le chapitre zéro est pour moi le mieux écrit, décrit, le plus visuel. Donc un peu déçue que la suite ne suivent pas. Et un dernier point que j’ai vraiment beaucoup apprécié : il se passe tellement de choses dans l’histoire, tellement de batailles que parfois vous remarquez qu’un point est bizarre, que ça, que là, il y a un truc qui cloche, mais vous n’arrivez pas à mettre le doigt dessus parce que la guerre est toujours là et que un des personnages vient de dire quelque chose qui fait avancer le récit ou parce qu’il vient de se faire salement amocher… Il y a un équilibre parfait dans l’intrigue. Et vous ne saurez qu’à la fin qu’elles sont ces choses qui clochent.

Ce que je peux vous dire, c’est que si vous décidez de vous lancer dans ce livre, je ne vois pas de raisons de ne pas l’aimer. Peut-être que certains personnages vous sortirons par les yeux, mais au fond, ils sont tous géniaux à leur façon. Certains auront peut-être un coup de cœur pour ce roman, d’autres l’aimeront tout simplement, d’autres prendront juste plaisir à le lire. Ce livre détente est l’idéal pour une pause entre deux bouquins denses ou pour avoir une lecture rapide (malgré le pavé) sans prise de tête. J’ai vraiment passé un bon moment aux côtés de ce livre.


Des qualificatifs ? Simple, rapide, efficace à souhait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s