Lecture suivie 1 : « Je suis un monstre » de Keren Nott – Épisode 3 : Chapitres 9 et 10

je-suis-un-monstre-keren-nott.jpgTitre : Je suis un monstre

Auteur : Keren Nott

Éditeur : Underground éditions

Couverture de Érica Petit

350 pages – Prix : 19€90 – Tome unique

Genre : Thriller – Lectorat : Adultes

Site web de l’éditeur avec accès sur la page du livre ICI


Bienvenu pour mon troisième épisode de Lectures suivies ! J’ai vu que le premier avait vraiment bien marché et j’en suis très heureuse ! Merci à tous !

Si vous avez raté le premier épisode, rendez-vous ICI. (Vous y trouverez également le résumé du roman.) Vous trouverez ICI le deuxième épisode.


Mon avis à chaud :

Edselias, sa mère, Les Trois Lions, Marjorie, Aiden et enfin Peter. Tellement de noms, autant de sentiments, autant de souffrances différentes. Ces deux chapitres m’ont cependant fait ressentir une « souffrance posée ». Je vais essayer de vous expliquer. En fait, l’auteur m’a habituée jusque là à souffrir violemment aux côtés du personnage principal et je ne cacherais pas que j’en redemande continuellement. J’ai tout de même été très étonnée de ressentir une nouvelle façon de souffrir. Si vous voulez, je ne m’étais pas rendu compte à quel point les sentiments qui passaient à travers ce livre étaient puissants. Enfin si, vu que je vous en ai parlé précédemment, mais l’impact qu’ils avaient sur moi était plus percutant encore. Dans ces deux chapitres, pourtant bien violents, il y a eu un moment de pause. Ce n’est pas la même violence. Celle-ci est plus en retrait, cachée par des sentiments contradictoires. « Tu m’as vraiment fait beaucoup de mal, tu vas continuer à me faire extrêmement mal, je le sais, j’en suis sûr, mais je t’aime de tout mon cœur quand même. » C’est ça : des sentiments contradictoires ! Avec tous les personnages que j’ai cité au début, Edselias ressent tellement de sentiments contradictoires que même la question de l’amour rentre en compte. Et c’est ce qui assoupit toute la violence décrite dans ces deux chapitres. À la rage que rencontre le héros face aux Trois Lions s’oppose l’amour qu’il a envers sa mère qui le déteste tant. Les yeux si profonds de Marjorie et son sourire discret vont cacher une tristesse démesurée. Aiden, ce personnage si mystérieux, ce type si fermé, va s’opposer à Peter, ce gars qu’on sent plein de vie et joyeux. Pendant ce laps de temps, Edselias prend une pause sur sa vie si brutale. Il profite de certaines joies, se découvre lui-même mais continue à souffrir par intermittence. Mais le peu de bonheur qu’il ressent, si factice soit-il, nous fait le plus grand bien, à lui et au lecteur. D’ailleurs, on sait très bien que cela va vite prendre fin, mais je n’ai pas réussi à savoir comment vu la simplicité qui est présente au final.

J’ai beaucoup apprécié ces deux chapitres. J’ai appris à connaître cet espoir qui vit dans le héros et j’ai bien vu que finalement, il n’y en avait aucun pour lui. Mais je continue d’y croire quand même, qu’un jour, il pourra trouver sa paix. Je veux y croire, de tout mon cœur… Même  je sais que ça se finira que d’une seule manière.


Mini-interview de Keren :

Que penses-tu du suicide ? « Le suicide est un sujet grave, et malheureusement certaines personnes en viennent à le considérer comme une solution, pire encore comme LA solution. Je n’irais pas aussi loin qu’Aiden qui déclare sans hésitation que c’est un acte égoïste. Certes, c’est une décision lourde, un geste sans retour qui fait souffrir plus d’une personne, mais c’est aussi l’ultime manifestation de désespoir de certains individus et donc un acte qu’on ne doit pas sous-estimer… Je pense simplement que ce serait incroyablement beau s’il était possible d’éviter de telles extrémités.« 

Penses-tu que c’est si facile de tromper un psychologue ? « Je n’affirme pas que ce soit chose facile, mais ce sont des choses qui se sont déjà vues… Il arrive que les spécialistes chargés d’examiner des criminels aient trop de personnes à contrôler et ne puissent pas faire leur travail dans les meilleures dispositions. Il arrive aussi que des criminels d’une extrême intelligence prennent le soin de se renseigner et parviennent à manipuler des professionnels… Je ne dis donc pas que c’est facile, mais que c’est possible.« 


Je vous retrouve très bientôt pour la suite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s