Projet Léthé, tome 1 : Érèbe de Chris Rigell

Titre : Projet Léthé, tome 1 : Érèbe

Auteur :  Chris Rigell

Langue : Français – Langue originale : Française

Format : Papier – Lu en EBook

Publié le 31 Octobre 2017 chez « Underground éditions »

ISBN  : à venir ; Prix : 19€90 ; Nombre de pages : 320

Couverture de Amaryan

Lectorat : Jeunesse et plus

Genre : Roman – Fantastique/Science-fiction

Premier tome de la trilogie Projet Léthé

Page du livre sur le site de l’éditeur ICI


Citation :

« À cette pensée, le cœur de Keneda se serra. Avec effort, il dénoua ses doigts crispés et effleura la poignée de la porte. Une migraine obligeait Aloïs à fuir la lumière. Quant à Albin, il travaillait sur leur itinéraire. Il allait donc devoir affronter leur père seul, lui cacher leur projet insensé et briser une promesse vieille de neuf ans. » – Page 10, Chapitre 01 : L’ombre du passé


Résumé de l’éditeur :

« Dix ans… Dix ans que le monde a sombré dans le chaos. La viridis, cette peste surnaturelle, la météo aberrante, la faune monstrueuse, les morts qui refusent de le rester sont devenus notre quotidien. Au prix d’une existence recluse, nous survivons à Bouïan, bastion d’ordre et de paix. Ça ne pouvait pas durer. Notre père adoptif a attrapé à son tour la viridis. Mon frère, ma jumelle et moi-même décidons alors de quitter la sécurité de Bouïan pour le sauver. Accompagnés de nos amis, nous n’avons d’autre choix que de nous lancer dans un voyage risqué à travers les terres sauvages. Au bout de notre périple, nous espérons trouver ce que les guérisseurs affirment être le remède à tout. Mais nous ignorons encore ce qui nous attend… Peut-être la réponse à notre passé dont je n’ai gardé que peu de souvenirs. Et quelles sont ces marques noires sur mon corps et mes mains ? »


Petit mot avant-garde :

Je ne peux rien refuser aux éditions Underground. Bon, rien, ou presque. Mais il suffit qu’ils me disent « Ce livre a été un coup de cœur ! Et on serait ravis d’avoir ton avis dessus », pour que je me laisse avoir ! Bien sûr je passerais tous les autres mots adorables que l’on se dit, ils restent bien secret dans nos petits cœurs.


Ma chronique :

Cette petite maison d’édition a beau être une de mes préférées, les éditeurs savent très bien que je suis hyper difficile au niveau de mes lectures et que je ne laisse rien passer. Mais ils me font tout de même confiance – à savoir pourquoi ^^ – au risque d’avoir une chronique négative (on sait tous qu’une critique n’est jamais objective). Je vous dis cela car le livre n’est pas un coup de cœur comme il l’a été pour les éditeurs : j’ai remarqué pas mal de choses qui m’ont dérangées pendant ma lecture. Mais il y a vraiment du bon dans ce premier tome et je comprends parfaitement leur point de vue. Je pense même que ce livre fera fureur ! Mais quand je lis, j’analyse tout. C’est un gros problème, croyez-moi ! Au lieu de me poser, de profiter de ma lecture et de me détendre, je vérifie les fautes de syntaxe ou d’orthographe, les cohérences de l’histoire, si les personnages ont une psychologie qui tient la route, et cetera. Mais ce qui est étonnant par rapport à ce livre, c’est que mon cerveau a réussi à se déconnecter, il a mis sur pause ses analyses et m’a laissé profiter à fond de certains passages. La chose improbable ! Et je peux vous assurer que ça fait du bien d’avoir ce genre de pauses ! Donc, Merci Cerveau !

Ma chronique. Je tiens à démarrer par un élément essentiel : les fautes d’orthographe. Pour que ce soit clair, je ne suis pas contre les fautes d’orthographe (ni de syntaxe d’ailleurs), à partir du moment où elles sont essentiels au récit, aux jeux des personnages, ou aux contextes dans lesquels elles sont présentes. Il va donc de soi que si un texte n’a pas besoin d’avoir des fautes pour apporter quelque chose au livre, elles doivent être inexistantes (ce qui est aussi une obligation pour mes chroniques !) ! C’est le cinquième livre que je lis de cette maison d’édition, et c’est toujours un plaisir immense de ne voir aucune fautes quelles qu’elles soient ! C’est un régal de pouvoir lire sans remarquer qu’il manque un espace, ou qu’il manque un « s » ou un « e ». Ce livre a reçu une correction parfaite ! Et je ne dis pas ça juste pour faire plaisir aux éditeurs et à l’auteur, mais parce que c’est mérité.
Parenthèse fautes finie, je n’ai pas grand chose à vous dire sur tout ce qui est dialogues, vocabulaire, narration, répétitions. Tout est mesuré. Plutôt que d’utiliser la première personne pour la narration, l’auteur a décidé de tout mettre à la troisième, ce qui lui évite d’être limitée à un seul et unique personnage. Elle a réussi son pari, vu que le lecteur se retrouve à être très proche du personnage principal, tout en gardant un œil extérieur pour le voir évoluer.
Le roman se lit très vite. Pour preuve, moi qui lit très lentement, je n’ai mis qu’une semaine pour le dévorer, d’autant plus que j’ai été occupée et que je l’ai lu au format epub. Et je déteste lire en numérique ! Le livre se lit très vite avant tout grâce à un rythme et à une dynamique très soutenus. Vous n’avez pas forcément le temps de souffler : tous les éléments s’enchaînent à la suite les uns des autres. Ce qui n’enlève pas pour autant le plaisir de lire. C’est juste agréable de lire un roman de plus de 300 pages en peu de temps. Et ce n’est pas une écriture en taille 14 comme on peut en trouver chez d’autres éditeurs.
Il me reste un dernier sujet à évoquer pour finaliser la partie écriture : le style de l’auteur. Chris Rigell a écrit un premier roman que je n’ai pas encore lu – Le marchand d’âmes, toujours chez Underground éditions. Je ne savais donc pas du tout à quoi m’attendre. Nouvelle auteur, nouvelle lecture. C’est toujours un plaisir de découvrir un nouvel auteur et de lire un nouveau style – certains découverts lors de mes dernières lectures m’avaient laissés sans voix. Pour ce qui est de Chris, j’ai remarqué qu’elle n’avait pas forcément de propension à mettre en avant un style bien à elle. C’est plus du côté de l’histoire et sa façon d’en présenter les événements qui la différencie des autres. Elle reste sur une écriture simple et très efficace qui va permettre de faire évoluer certains éléments de son récit et qui va amener le lecteur là où elle veut. Pour le coup, c’est vers les tomes suivants qu’elle nous envoie.

Mais comment fait l’auteur pour vous convaincre de lire la suite s’il n’y a rien de spécial dans son écriture ? Et bien elle vous rend accroc à  l’histoire. Elle vous donne des éléments importants et vous fait des révélations à presque tous les chapitres. Mais sans trop en dire. Il faut que le suspens perdure, que vous ayez envie d’en savoir plus. Et quoi de mieux qu’un personnage principal complètement perdu qui apprend les choses au même rythme que vous et qui essaye de recoller les morceaux dès qu’il y a un brin de révélation qui lui tombe sous le nez pour vous rendre accroc à une histoire ? Mais attention ! Tout comme lui, vous n’en saurez jamais assez pour tout comprendre. Il y aura toujours une zone d’ombre. Le puzzle dans cette histoire ne fait pas seulement mille pièces, mais bien cinq mille. Et vous n’aurez pas le fin mot de l’histoire avant le tout dernier chapitre, je peux vous l’assurer !

L’histoire. J’ai été très étonnée, agréablement, de lire un livre où l’histoire se déroule dans le futur, mais tellement dans le futur que tout ce que nous pouvons imaginer de nos jours est présent. Je vous explique. L’humanité a bel et bien été comme elle l’est aujourd’hui. Puis elle a évolué avec tous les robots et les expériences ultra-scientifiques qu’on attend (ou pas) avec impatience ; puis elle a de nouveau évolué pour atteindre un stade final en apothéose : l’humain à détruit la Terre (oh ben tiens !). L’histoire se passe après la destruction. Dans ce nouveau monde, les forêts sont rougeoyantes (les décors manquent de descriptions, mais de ce que j’ai pu en imaginer, c’est juste sublime !), les humains ont des dons exceptionnels, les monstres ont remplis la Terre, les morts se relèvent et l’humanité est toujours aussi fière… Il y aurait des licornes et des sirènes dans le prochain tome que je n’en serais pas étonnée et que je trouverais ça hyper intéressant. C’est comme si l’auteur avait poussé l’histoire de la Terre au plus loin pour pouvoir laisser vaquer les envies de son imagination et que cela semble plausible. J’ai eu l’impression d’être transportée dans un monde de Fantasy. Que ce soit par rapport aux décors, aux personnages, au monde créé et surtout à l’évolution du récit : les héros ont une quête et vont faire tout ce qui est en leur pouvoir pour arriver au bout. Ils vont braver des océans (ici des Diabilis), des montagnes, combattre des géants (des Liocéros), manger du pain rassis parce qu’il n’y a rien d’autre et se supporter alors qu’ils ont tous un caractère bien trempé ! Mais ils vont aussi se soutenir contre vents et marées. Oui, ce livre pourrait très bien relever de la Fantasy. De même pour l’ambiance. J’ai retrouvé dans cette lecture tout ce concentré d’information et de décors que je pouvais voir dans les livres de Fantasy jeunesse que je lisais avant. Il manque juste les dragons ^^. Cependant, l’omniprésence de la Terre vous fait vite revenir à la réalité et au monde de science-fiction/Fantastique que l’auteur a créée. De mon point de vue, c’est une réussite : je ne lis plus de Fantasy et ce roman aurait presque pu me réconcilier avec le genre.
Pour les personnages, je vais me porter principalement sur le héros : Keneda. Les autres sont tous pour moi des personnages secondaires, y compris la sœur jumelle Aloïs, qui bien qu’elle soit très importante, se trouve de plus en plus en retrait au fur et à mesure que l’histoire avance. Keneda est un adolescent qui ne se souvient pas de la partie de sa vie la plus importante et nous, en tant que lecteurs, on doit supporter cette absence. On va le suivre dans ses caprices et ses incompréhensions, et évoluer à ses côtés. La narration, comme je vous l’ai énoncé plus haut, nous pousse vers lui et on s’attache vraiment à ce petit être. J’avoue, j’ai une grosse préférence pour Petit Frère, l’ancien nom du héros et sa personnalité lorsqu’il était plus jeune. Il est fragile et n’a pas le temps d’être idiot. En grandissant, Keneda m’a souvent énervé avec ses réflexions et sa façon d’être totalement buté. J’avais envie de le secouer un bon coup. Je n’ai pas pu m’empêcher de comparer Keneda et sa sœur à la fratrie dans le manga L’attaque des titans. Si vous voulez connaître leurs caractères et savoir quelle relation ils ont entre eux, lisez cette BD japonaise et vous aurez l’exemple parfait. Donc, Keneda est surprotégé par sa sœur, ce qui l’empêche de faire la part des choses. J’ai aimé le voir évoluer et devenir moins borné. Non, oubliez. Il est toujours aussi borné, voire même plus, mais un peu moins idiot.
Je passe certains détails qui risquent de spoiler, mais je peux vous dire que tous les personnages ont leur importance dans le récit, il n’y a pas de personnages lambda.
Précédemment, je vous ai dit qu’il y avait des révélations à presque chaque chapitre. Que s’en soit des grosses ou des petites, elles sont très présentes et aident à avancer dans l’histoire. Autant qu’elles servent à Keneda pour qu’il puisse comprendre les liens existants. Elles sont toutes importantes. Et pourtant, bien que vous lisiez ces retournements de situation, vous ne cesserez de vouloir en savoir plus. Ça en devient un besoin. À la fin, l’auteur vous explique deux choses très importantes qui vous auront triturées l’esprit tout le long du roman. Mais il y a tellement de points d’ombre restants que vous ne pourrez vous empêcher de vouloir lire vite la suite !
Juste un dernier petit point, les fervents amateurs de mythologie grecque seront ravis de lire ce titre. Pour les autres, il va falloir vous accrocher, comme je l’ai fait. Je connais les histoires principales de cette croyance, mais là, certains éléments étaient beaucoup trop recherchés et précis pour moi, et ils n’étaient malheureusement pas expliqués. Je n’ai pas réussi à accrocher sur toutes ces parties de l’histoire, ce qui est dommage vu que ça a une place importante. J’espère trouver plus d’explications dans le tome suivant, qui pourraient venir du fameux livre.

Ah et encore un chose. À la fin du roman, une petite surprise vous attendra ^^.

Voilà, j’ai enfin fini, je suis vraiment désolée pour la longueur de la chronique mais je ne peux m’en empêcher. Un dernier petit mot pour remercier une nouvelle fois les éditions Underground et l’auteur pour m’avoir fait confiance et pour avoir pu lire ce livre en avant première ! C’est toujours un plaisir de travailler à vos côtés.


Des qualificatifs ? Prenant, intéressant

3 réflexions sur “Projet Léthé, tome 1 : Érèbe de Chris Rigell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s