Lecture suivie 4 : « La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l’hiver » de Christelle Dabos – Épisode 2 : La seconde partie

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/A1RXvV-a53L.jpg

Titre : La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l’hiver

Auteur : Christelle Dabos

Éditeur : Gallimard Jeunesse éditions

Couverture de Laurent Gapaillard

528 pages – Prix : 19€00 – Premier tome d’une quadrilogie

Genre : Post-apocalyptique – Lectorat : Adolescents, Jeunes adultes, Adultes

Site web de l’éditeur avec accès sur la page du livre ICI


Ça fait un bail que j’ai terminé ce premier tome et je n’ai jamais continué de vous conter cette lecture suivie. Il est temps d’y remédier. Si vous souhaitez lire ou relire l’épisode un, c’est par ici.


Pour bien démarrer, voici le résumé de l’éditeur :

«Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Une héroïne inoubliable, un univers riche et foisonnant, une intrigue implacable. Découvrez le premier livre d’une grande saga fantastique et le talent d’un nouvel auteur à l’imaginaire saisissant.»


Voici à présent mes sentiments sur la seconde partie appelée « Au Clairdelune » :

Je vous ai promis de faire mes lectures suivies sans spoilers, et je compte bien m’y tenir. Et pour tout vous dire, ça va être très facile avec cet épisode 2 vu que j’ai fini la lecture de ce roman il y a six mois déjà, et que même si je me souviens de beaucoup de choses, je n’ai pas une mémoire infaillible (loin de là) et je ne voudrais pas vous tromper. Alors que vais-je bien pouvoir vous dire ?
Que je ne suis qu’une égoïste qui a voulue garder le plus longtemps possible cette histoire pour elle toute seule, que je ne voulais pas la partager, que je voulais simplement qu’elle n’appartienne qu’à moi. Ha oui, je vous donne une belle image de moi. Mais en même temps… quel lecteur, parmis tout ce que nous sommes, n’a tout simplement pas voulu garder pour lui seul au moins une fois, un coup de coeur immense ? Je ne dis pas qu’on a jamais voulu les partager, mais qu’une part de chacun d’entre nous fait que nous voulons rester seuls dans nos histoires un moment de plus. Et pour ma part, ce moment, sur ce livre, a durée une éternité !
Mais pourquoi ? Pourquoi ai-je voulu garder ce livre pour moi aussi longtemps ? Pour ça :

« Je viens de finir un livre. Je crois que si ça continue à être aussi parfait, aussi intéressant, aussi bien écrit, aussi tout, cette série risque d’être de loin ma préférée. Le tome premier est plus qu’excellent ! Harry Potter a du soucis à se faire… va-t-il se faire détrôner ??? »
publication de ma page facebook du 9 juillet 2020

J’avais peur… J’étais effrayée… Je n’ai même pas répondu aux commentaires que j’ai reçu. Mais quel livre, quel auteur serait seulement capable de détrôner J.K. Rowling dans mon coeur ? Qui oserait me faire cet affront ? Comment seulement cela serait-il posible ! Et en plus de cette peur iracible qui me tenaillait, j’avais en moi tout un tas d’émotions qui m’avait sauté dessus, sans même prévenir, à la fin du roman. J’étais épatée. Par le style de l’auteur, la qualité de l’écrit et de l’histoire, par l’entièreté des personnages, par la complexité et l’immensité des lieux. Mais surtout, j’étais épatée par le fait que tout était parfait, que tout s’emboitait à la perfection, je n’avais rien, absolument rien à redire de quoi que ce soit. J’ai été transportée comme jamais, pour être redéposée dans mon monde si banal et bancal et de façon assez brutal.
Je devais réfléchir à tout ça, je devais remettre les pieds sur terre. Je devais lâcher les personnages, leurs humeurs, leurs histoires. Je devais redevenir moi.

Le fait est que redevenir moi a été trop rapide. Et j’avais de nouveau peur… Peur de reprendre l’histoire. Peur de ne pas être prête à retrouver les héros. Peur de voir Harry Potter au second plan, même s’il faut l’avouer, ça fait rêver de lire un jour un livre si puissant que même notre sorcier préféré se retrouve destitué. Oui, je l’ai rêvé mais jamais je ne l’aurais vraiment imaginé possible. Mais surtout, et finalement, j’avais peur d’être décue. Par l’auteur, que sa qualité d’écriture ne soit plus la même. Par les personnages, qu’ils aient changés au point de ne plus me plaire. Par l’histoire, qu’elle devienne moins complexe et moins intéressante.

Tous ces éléments regroupés ont fait que même si j’ai acheté le deuxième tome la veille de la fin de ma lecture du premier, je n’ai pas pu le lire, ni l’ouvrir avant six mois. Et que je n’ai pas pu vous écrire cet épisode plus vite.


Et nous en sommes maintenant là, six mois après ma lecture du premier tome. Moi à vous écrire – enfin ! – ce deuxième épisode de cette lecture suivie, et vous à me lire et à vous demander – certainement – ce que vous apporte de lire ce genre d’article qui n’a rien d’une chronique. Et pourtant, vous êtes encore là, ainsi que moi à vous raconter tout sauf l’histoire de ces livres. Et nous serons là, plus tard, encore ensemble je l’espère, pour l’épisode trois de cette lecture suivie qui arrivera très vite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s