7 secondes de Tom Easton

7-secondesTitre : 7 secondes

Auteur :  Tom Easton

Langue : Français – Langue originale : Anglais (Etats-unis) – Traduction : Émilie Gourdet

Format : Papier – Broché – Format 22,5 x 3,5 x 14 cm

Publié le 16 Septembre 2015 chez « Lumen éditions »

ISBN  : 978-2-37102-036-8 ; Prix : 15€00 ; Nombre de pages : 370

Couverture de Cyril Nouvel

Lectorat : Adultes (je l’explique plus bas)

Genre : Roman – Dystopie, Action

Tome unique

Page facebook de l’éditeur ICI


Citation :

« Mila marchait ou courait sans relâche dans l’espoir de distancer ses poursuivants. Un bourdonnement se faisait entendre : des drones, tout proches, survolaient la forêt à faible allure. Le feuillage dense la dissimulait, et elle prenait soin d’éviter les clairières. Les recherches aériennes paraissaient se concentrer vers le sud, bien que de temps à autre, un ou deux appareils se rapprochent de sa position. À un moment, elle revint sur ses pas, non sans prendre la précaution de masquer son changement de direction en fermant les yeux lorsqu’elle fit demi-tour. Au bout de quelque temps, lorsque les bruits de poursuite se furent suffisamment éloignés, elle décida qu’elle avait fait assez de chemin. Elle repéra un arbre couché, se pelotonna dans le creux formé par les racines et, à bout de forces, ferma les yeux. » – Page 97, Chapitre 4.


Résumé de l’éditeur :

« Dans une société futuriste devenue folle…
Mila n’a que 7 secondes d’avance
7 seconde pour se battre
7 secondes pour sauver sa vie

Après un éprouvant voyage à travers un continent ravagé par la guerre civile, Mila a enfin atteint son but : les Îles. Elle espère se construire une nouvelle vie dans ce havre de paix, dont les habitants vivent tous avec une puce téléphonique à l’intérieur de la tête. Personne ne manque de rien, au point qu’on ne travaille que si l’on le souhaite. mais pendant qu’on implante à la jeune fille, comme à tout un chacun, un téléphone personnel, on découvre un élément étranger à l’intérieur de son crâne… un appareil qui ressemble étrangement à une bombe !

Mila n’a plus le choix, elle doit fuir. Elle se retrouve pourchassée par tous les Agents du pays – à commencer par Adam, l’homme assigné depuis le début à sa surveillance, qui, grâce à la puce en question, peut voir par ses yeux et suivre ses moindres faits et gestes. Il ne se prive pas d’essayer de la raisonner. Mais Mila est bien décidée à exploiter son seul avantage : un décalage de sept secondes dans la retransmission. Sept toutes petites secondes d’avance sur ses poursuivants, et sept seulement, pour tenter d’échapper à l’implacable traque et de découvrir ce que fait cet objet étranger dans son cerveau. Qui l’a mis là ? Et pourquoi ?

Une impitoyable course contre la montre commence, qui pousse peu à peu Mila dans ses retranchements. Contrainte de faire preuve d’une inventivité permanente, elle doit exploiter toutes les failles du système et rivaliser de sang-froid, de réactivité et de ruse pour survivre. Tout cela, alors que l’ennemi murmure à son oreille ! Découvrez une chasse à l’homme haletante où s’exprime tout l’instinct d’un maître du thriller young adult, le talentueux Tom Easton. »


Petit mot avant-garde :

Je tiens à remercier une nouvelle fois les éditions Lumen pour m’avoir permis de lire ce livre, une découverte dont je me souviendrai très longtemps !

Juste pour vous prévenir : cet avis est très personnel ! Je ne peux tout simplement pas vous parler de ce livre sans vous parler de mon ressenti qui va parfois vous paraître excessif. Il faut aussi que vous sachiez que je vais commencer par les choses qui m’ont le plus reboutées, pour finir sur les éléments plus classiques.


Ma chronique :

Cela fait un moment que j’ai lu ce roman, j’aurais dû faire ma chronique plus tôt. Je suis un peu perdu mais j’espère me souvenir de tout ce que j’avais à vous dire au fur et à mesure que j’écrirai mon avis.

Je vais commencer par l’histoire, bien que ce ne soit pas mon habitude. Je n’ai pas forcément accroché au récit. J’ai eu l’impression de me retrouver dans le dernier film Mad Max : Fury Road, vu que durant tout le livre on assiste à une fuite ; ainsi que dans un jeu/film Lara Croft, vu que l’héroïne est forte, intelligente, hyper douée, etc. ; et de plus, j’ajouterais que les méchants ne savent jamais viser… Je ne vous ponds pas un super tableau là, mais j’en ai assez de lire des livres ou de voir des films où les héros sont super puissants et les méchants super nuls. L’héroïne de ce roman est une « SuperGirl ». Au moment où l’on apprend comment elle est devenue si forte, on est vraiment déçu : j’ai eu l’impression que l’auteur s’est obligé à donner une explication, c’était trop forcé pour moi.
Je tiens à vous parler de la fin. (Pas de spoilers.) J’adore en général les fins de ce genre, mais là, je n’ai pas réussi à l’accepter. Ça a très bien marché, par exemples, dans le roman Xénome de Nicolas Debant (éditions de L’Homme Sans Nom). Ici, je n’ai tout simplement pas accepté tout ce qu’il s’est passé pour obtenir cette fin. D’un roman censé être jeunesse, ce n’est pas ce que l’on en attend. Les ados qui lisent ce genre de livre veulent de l’inédit, une vraie fin, surtout si le livre en question est un tome unique. Pour le coup, ce fut une surprise, mais très mal dosée. Avec les prouesses que nous vend notre héros tout au long de l’histoire, on ne peut tout simplement pas s’imaginer que ça se finisse comme ça. D’ailleurs, je me demande, pourquoi continuer à vivre à ce moment là.
L’histoire n’est pas du tout visuelle. Il n’y a que de l’action, aucune description. À peine un combat commencé qu’il est déjà fini. Et de suite, une nouvelle action prend sa place. Le rythme est hyper/trop soutenu. L’auteur ne prend pas du tout le temps de nous décrire les lieux, les personnages. J’ai vraiment eu du mal à m’imaginer la jeune Mila qui est décrite vers le milieu du livre. Alors oui, on a pas le temps de s’ennuyer, c’est sûr. Mais ce n’est pas suffisant pour un lecteur. On a besoin de lire certains détails pour se projeter. Là, il n’y a rien qui nous le permette.

Maintenant, que j’ai bien terni le tableau, que je donne l’impression de ne pas avoir apprécié du tout le livre, il est temps de vous donner d’autres explications.
L’histoire se passe en Angleterre dans quelques années (je ne me souviens plus de la date exacte). Ce qu’il faut savoir : L’Angleterre et ses îles sis nommée « Les Îles », dominent une partie du monde, dont l’Europe qui n’existe plus (pour ce qui est de l’Amérique, on en entend pas du tout parler). Les Îles sont très convoitées, la vie y est simple, sans dangers, tout est gratuit. C’est ce qui attire les immigrants. La vie en dehors de ce monde y est horrible : on meurt de faim, on vit dans la rue, on est malade, etc. Le problème principal des Îles est les immigrants. Ils arrivent de toutes parts, tentent de s’intégrer à la société, mais n’ont aucune chance. Ils sont soit renvoyés dans des mines très loin d’ici, soit tués. Les politiciens sont très intéressants à suivre. C’est assez drôle de voir ce qu’il font. Et ce qu’il ne font pas aussi, quand même ^^. Mais tout est beau dans les Îles, surtout le fait d’avoir un téléphone portable intégré dans les têtes. C’est obligatoire, ça vous donne une identité, vous avez accès à absolument tout (internet, téléphone, GPS, etc.), et surtout, toutes vos données sont archivées par le gouvernement (mais ça, vous ne le savez pas, cela va de soi. Ou pas). Pour vous protéger, vous comprenez ? On vous le promet, grâce à ce système, vous êtes sans danger… si vous n’avez rien à cacher (pareil, ça on vous ne le dit pas). On vous protège, en vous surveillant, mais on vous protège. Bon, je m’arrête là, vous avez compris le système. La manipulation, vous savez, celle qui est aveugle ^^. Mais dites moi, ça ne vous rappelle rien ? Le monde actuel, non ? Les dystopies sont bien sûr faites pour ça : faire une critique du monde de maintenant. Cette histoire est une énorme critique de la politique moderne de l’Angleterre. Petit détail qui vous permettra sûrement de faire le lien : l’auteur est né en Angleterre et est parti vivre plus tard aux États-Unis. Sinon, j’ai beaucoup aimé cette analyse (même si elle est un peu trop prononcée), l’herbe n’est pas plus verte chez notre voisin !
Pour le style d’écriture, je l’ai trouvé ultra simple. Je n’ai rien senti de spécial qui aurait pu apporter à l’histoire. Cependant, j’ai eu l’impression d’une écriture rapide, un texte pas forcément relu, comme des mémoires ou des coups de colère que l’on écrirait sur un agenda intime. J’ai aussi eu du mal avec la narration. Le genre dystopique marche très bien à la première personne, surtout pour des livres jeunesse. Ici, tout est écrit à la troisième personne. Pour moi, c’est un mauvais choix. L’auteur nous éloigne du personnage principal. Peut-être ne voulait-il pas que ce livre paraisse trop personnel ? Pour le coup, j’en ai ressenti tout le contraire. S’il avait été écrit au « je », je ne me serais posé aucune question sur l’auteur et serais rentrée de suite dans l’histoire.

Pour ceux qui pensent que ce livre est un livre jeunesse, détrompez-vous, il est plutôt adulte, même très adulte quand on visualise les enjeux. Mais le style d’écriture est entre la jeunesse et l’adulte. Après, pour l’histoire, si on ne prend que l’héroïne et l’action, c’est très jeunesse (badass ^^) . Quand j’ai fini le roman, je me suis énervée contre l’auteur de ne pas être allé assez loin dans son récit, j’attendais plus. Mais j’ai quand même plutôt apprécié le lire, surtout la première moitié du livre, qui me plaisait énormément. Et l’univers, le fait que l’Angleterre domine tout, j’ai bien aimé. Maintenant, c’est à vous de voir ^^.


Des qualificatifs ? Action, politique, immigration, surveillance, manipulation

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s